Retour d’expérience

J’ai testé un vendredi « Temps encadrant »

(c) @brunopoinsard

Thibaut (Teebo pour les proches) et Bruno ont encadré en février des stages de 6 jours (le nouveau format de stage hors saison.) Voici leur récit du vendredi « Temps encadrant. »

Teebo : J’ai expérimenté sur la base de Marseillan le nouveau format des stages, sur un stage N1 « 6 jours » co-encadré avec un autre moniteur bénévole. Le stage a débuté le samedi à 13 heures, et les stagiaires ont été libérés le jeudi soir. La journée du vendredi était réservée à la formation permanente des encadrants bénévoles, le « temps encadrant. »

Bruno : J’ai expérimenté sur la base de Concarneau le nouveau format sur deux stages N3 Polyvalent. Le stage a débuté à 13H00 et grâce à l’organisation de la base pour faire l’avitaillement à la coopérative bio j’ai pu sortir du port à 17H00 pour un atterrissage de nuit à Sainte Marine dans l’Odet. Les stagiaires ont été libérés le jeudi après midi à 17H00. La matinée du Vendredi étant réservée à la formation bénévole «  Temps encadrant »
Idem pour la deuxième semaine sauf que j’ai pris la décision d’atterrir le premier soir à Port La Forêt car nous avions un avis de grand frais.

Le choix des sujets

Teebo : Sur certaines bases, les sujets sont proposés dès le début du stage : les encadrants bénévoles en retiennent deux (leur premier choix, et un sujet de secours en cas de météo défavorable par exemple). La décision finale se prend le jeudi soir, au retour du stage, avec l’ensemble des encadrants bénévoles.

Sur ce stage, l’adjoint de la base nous a demandé nos souhaits le jeudi soir, à la fin du stage. On décidé d’une séance pratique autour du spi asymétrique.

Bruno : A Concarneau, les thèmes m’ont été proposés le premier jour de stage. La première semaine j’ai eu le choix entre trois thématiques :

  • Sextant
  • HLM
  • SPI sans précison
Et la deuxième semaine :
  • SPI asymétrique
  • Manœuvre de port
Comme à Marseillan, le choix final se fait le jeudi en fonction de la météo.

Le « temps encadrant », un vendredi de formation

Teebo : Nous sommes sortis à 3, avec Romain, l’adjoint croisière de la base. Mon impression :

  • Ça nous a été profitable pour récupérer pas mal de trucs et astuces sur le fonctionnement du spi asymétrique : empannages et affalages notamment
  • C’était également un moment privilégié pour nouer un lien un peu plus personnel avec le nouvel adjoint que je connaissais encore mal.
  • Romain en a aussi profité pour obtenir un feedback plus approfondi sur le bateau ; d’une pierre, deux coups !

Bruno :  La première semaine, c’est le sextant qui a été retenu. La demi-journée de formation a été encadrée par un BPJEPS. Etant le seul encadrant bénévole, j’ai rejoint quatre services civiques.

J’ai trouvé la formation trop courte pour une initiation. Si nous avions eu l’après midi pour approfondir et s’exercer elle aurait été bien venue. Peut-être qu’un jour je ferai la formation au ponton.

La deuxième semaine, c’est le thème « manœuvre de port » qui a été choisi.  C’est Mathieu André, responsable croisière de la base, qui a encadré la formation. Nous étions deux bénévoles et une personne en formation BPJEPS à y participer.

Nous avons fait une heure de théorie en salle avec un petit rappel sur le vocabulaire et les pré requis (très profitable pour tous) puis nous sommes allés sur l’eau. Un très bon moment de partages avec des passages de grains pour pimenter nos exercices de prises de pontons.
Je confirme comme Thibaut que ce moment est privilégié pour rencontrer les RTQ (Responsable Technique Qualifié) qui sont à ce moment là très ouverts et réceptifs à nos questions et effectivement cela noue des liens plus personnels.

Conclusion

Teebo : Journée de formation : Au final, c’était pas mal. Je pense que ce genre de format court peut apporter un réel plus par rapport aux stages P plus longs.

J’ai suggéré d’autres sujets à la base : remontée à bord d’un vrai HLM ou matinée de dériveur, ce qui ne ferait pas de mal à certains dont moi.

J’ai bien aimé pouvoir choisir le sujet en fin de stage : il était du coup fortement lié au stage écoulé et à la météo annoncée pour le lendemain.

Par contre, je pense que si cette organisation reste en l’état, il faudrait sérieusement penser au décalage des jours du jour de démarrage de stage, entres autres, pour avoir des stagiaires plus frais. A première vue, pourquoi un départ le dimanche matin ? En autorisant  par exemple les stagiaires à dormir sur le bateau la veille au soir et avec un retour le vendredi soir ?

Bruno : Pour conclure, je dirai que ces deux matinées très différentes m’ont permis de découvrir un nouvel outil (le sextant) , des techniques d’amarrages que je ne connaissais pas et aussi de se rassurer sur les acquis.
Sur le questionnaire (retour sur la formation), j’ai proposé un thème supplémentaire : la gestion d’équipage.  Je pense que nous, encadrants, faisons face à certaines situations parfois délicates. Les RTQ en gèrent des dizaines tout au long de l’année et nous pourrions certainement profiter de leur expérience.

Et concernant le timing de départ et de retour des croisières je pense que chaque base a ses avantages et ses inconvénients. Il est très facile de sortir de Concarneau à n’importe quelle heure et beaucoup plus difficile de Paimpol ou de Vannes. (Je ne connais pas les contraintes de Marseillan.)

Teebo et Bruno

Commentaires fermés