Cette année j’ai testé un stage week-end

Impossible de venir sur les îles pour profiter de Pâques aux Glénans : j’avais très envie de ré-encadrer sans attendre l’été. Impossible aussi de poser une semaine complète de congés.

Qu’à cela ne tienne, il paraît qu’il y a des stages week-end aux Glénans : ça va être l’occasion de les tester. J’envoie donc un mail à Christian qui me dit qu’il reste de la place à Arz sur le week-end de l’ascension et c’est parti pour un stage dériveur 1/2 avec 3 groupes de potes : que des mecs sur motivés ayant entre 25 et 35 ans. Je sens qu’on va passer un bon moment.

Je suis quand même un peu inquiet : comment les faire assez progresser pour qu’ils aient la banane et veuillent continuer le dériveur en 3 jours ? C’est aussi la semaine du Golfe avec ses flottilles à la fois magnifiques et terrifiantes pour mes stagiaires.

Même si je suis moniteur de dériveur depuis 15 ans j’en parle à Gildas qui me donne ses astuces tout en me rappelant comment gréer les Vago et assurer le suivi matériel à l’île d’Arz. Il s’excuse car je serai le seul moniteur du stage qui compte 12 personnes et me glisse en même temps qu’il va trouver un FPI pour m’aider : un accueil 5 étoiles de bonne augure pour la suite.

C’est aussi ce que j’aime aux Glénans : faire confiance à de simples encadrants pour laisser essayer des mises en place à des FPI sur leur stage, parfois leur laisser faire des erreurs, tout en gardant la main sur la sécurité et le cadre général du stage.

Le stage commence le jeudi après-midi : aussitôt arrivés les stagiaires sont briefés, équipés et à l’eau par demi-groupes. On finit par un relais travers-travers sur l’eau entre la plage et une bouée. C’est l’occasion de travailler les premières notions d’équilibre mais aussi de sécurité avec le départ et l’arrivée de plage. L’équilibre sera mon fil conducteur sur ce week-end.

Les deux journées suivantes sont dédiées à les faire progresser dans leur recherche d’équilibre avec très rapidement les premières notions de repères au vent et tout ce qui s’en suit : sur l’eau ils sont questionnés sans cesse et à terre on prend le temps d’un debrief après chaque navigation. Mon but est qu’ils arrivent à remonter au vent en sécurité car j’ai une idée en tête : faire du spi ou du trapèze en fonction des conditions de vent la dernière demi-journée. C’est un peu osé pour des débutants complets mais cela donnerait aussi l’effet wahoo qui les fera revenir. Ce sera finalement du spi.

Ces deux journées ont aussi été l’occasion de vivre des moments formidables : des croisiéristes en Surprise prêts à mouiller notre parcours pour nous éviter de prendre des bouées, 4 de mes stagiaires qui sont venus avec un jambon et un couteau et qui ont fait profiter à toute l’île de tranches de jambon cru pour l’apéro, les flottilles de la semaine du golfe majestueuses en zone d’écope et surtout des stagiaires débordant de motivation et d’envie d’apprendre le dériveur et de découvrir le golfe du Morbihan.

D’habitude, sur un stage semaine, je ne fais pas de spi avant le mercredi ou plus souvent encore le jeudi mais là je vais devoir me creuser un peu la tête pour animer cette séance alors que l’on a pas vraiment vu la conduite au portant. Qu’à cela ne tienne, ce sera leur première séance de conduite au portant : après tout un Laser Vago est fait pour avancer sous spi au portant !

Le brief fut essentiel, avec des consignes strictes de regroupement et des consignes simples de navigation sous spi basée sur la notion d’équilibre (à la barre donc), le fil rouge de ce stage. Une explication simple et efficace de comment créer un spi sans tout emmêler et un œil attentif pour vérifier que tout est gréé parfaitement bien fut également une clé du succès de cette matinée. La suite ne fut que pur bonheur : voir tous les spis sortir (plus ou moins rapidement évidemment), les bateaux prendre de la vitesse et des sourires béats étaient vraiment beaux. Je devais quand même faire attention aux regroupements en prenant la marge suffisante pour les affalages qui allaient prendre parfois très longtemps… et aux cumulus un peu chargés qui nous apportaient parfois un peu trop de vent pour naviguer sous spi.

Après cette dernière navigation le temps fut au rangement et aux adieux : un week-end prolongé aux allures de semaine intense s’achevait et l’on parlait déjà de prochaines navigations Glénans en se promettant de garder contact pour refaire une semaine ensemble.

J’ai été convaincu sur toute la ligne, donc à bientôt sur un stage week-end !

Commentaires fermés