Retour d’expérience

Le nouveau passeport voile est disponible

passeportvoile

Le Passeport – La voile aux Glénans

Fraîchement imprimé, le nouveau passeport voile FFV-Glénans est maintenant disponible sur nos bases. Nous profitons de cette occasion pour vous rappeler son intérêt et la meilleure façon de l’utiliser.

Cette information est conçue à la manière d’une FAQ (Questions fréquemment posées). Si son utilisation amène d’autres questions, contactez-nous ; nous enrichirons cette liste de vos questions avec leurs réponses.

 

Le passeport voile

1) Qu’est-ce que le passeport voile ?

Le passeport voile est composé de trois documents au format « poche » insérés dans une pochette plastique :

  • Le passeport présente le principe du document et les possibilités offertes par les Glénans
  • La carte de progression décrit pour chaque niveau et pour chaque type de support les compétences attendues pour la certification des niveaux d’autonomie (Premiers bords, Perfectionnement, Évolution, Autonomie et Maîtrise)
  • Le livret de certification des niveaux et expériences permet d’enregistrer le parcours de formation et les expériences du pratiquant en école de voile, en club, lors de navigations privées ou de régates. Les certifications effectuées par les moniteurs ou formateurs y sont enregistrées

Le passeport voile est à l’usage du pratiquant, du moniteur ou du formateur ainsi qu’aux écoles ou clubs de voile.

2) Quel est son intérêt et pourquoi devrais-je le conseiller aux stagiaires ?

Il permet au stagiaire d’être en mesure d’évaluer, de faire évaluer et certifier son niveau ; de justifier également de son temps de pratique pour accéder à certaines formations. Il peut ainsi, en toute circonstance, démontrer son expérience (lors de la location d’un voilier par exemple). Informé justement de ses acquis et conscient des compétences restant à acquérir, le stagiaire sera en mesure de choisir son prochain stage de façon pertinente. Pour le moniteur, il permet de prendre connaissance des formations ou expériences antérieures, de connaître et notifier les axes de travail conseillés.

3) Combien est-il vendu et où l’acheter ?

Il est vendu 10 € dans toutes les écoles de voiles habilitées par la FFV. Aux Glénans, il est disponible à la vente sur toutes les bases.

4) Pourquoi le prix n’est-il pas inclus dans celui du stage ?

Son usage est vivement conseillé (mais chaque pratiquant est libre de l’acquérir ou non), d’autant qu’il suffit de l’acheter une seule fois au cours de sa formation. Aux Glénans, il est offert aux stagiaires juniors lors du premier stage « 1 voile » ainsi qu’aux stagiaires ayant obtenu la certification du niveau 5.

5) Un stagiaire dispose déjà d’un passeport voile émanant d’une autre structure. Peut-il l’utiliser aux Glénans ?

Le passeport distribué par Les Glénans bénéficie du marquage personnalisé « les Glénans ». Cependant, chaque club ou école de voile distribue un passeport équivalent. Le moniteur peut intervenir sur un passeport émis par une autre structure affiliée à la FFV et le pratiquant peut également utiliser son passeport « Glénans » lors d’un stage dans une autre structure.

6) Un stagiaire dispose d’un passeport voile anciennement acquis. Doit-il le changer ?

Différentes versions de passeport ont été distribuées par les Glénans et par d’autres structures. Deux choses sont à vérifier :

  • Le livret de certification doit présenter les mêmes informations
  • La carte de progression doit être celle adoptée par la FFV depuis 2006

Pour vous en assurer, comparez avec les passeports qui sont à disposition.

Lorsque vous êtes identifié sur le site, vous pouvez télécharger ces informations au format PDF ici :

[wpfilebase tag=file path=’ens/ens-tous_sup/ens-tous_sup-tous_N/carte_progression_glenans-ffv-pages.pdf’ /]

[wpfilebase tag=file path=’ens/ens-tous_sup/ens-tous_sup-tous_N/Certification-experience-niveaux.pdf’ /]

Conseillez au stagiaire de réaliser une impression de la nouvelle carte de progression pour la substituer à celle distribuée jusqu’alors par les Glénans.

7) Un livret avec des expériences et des certifications ! N’est-ce pas destiné aux enfants ?

Il est avéré que les jeunes, à l’issue d’une formation, apprécient pouvoir arborer leurs compétences alors que, souvent, les adultes, plus réservés, ne ressentent pas ce besoin. Pourtant, ce livret est un véritable outil d’échange entre le stagiaire et ses moniteurs. Depuis peu, il devient un justificatif incontournable pour accéder à la formation moniteur. Encouragez les stagiaires, dès leur premier stage, à l’acquérir et à l’utiliser quelque soient leurs projets.

La carte de progression

8) Qui a défini cette carte de progression ?

Aux Glénans, le principe d’une carte de progression existe depuis très longtemps. En 2006, la FFV s’est inspirée de la carte de progression des Glénans pour définir la carte de progression FFV. Les Glénans, école de voile habilitée par la FFV, a décidé en 2013, d’adopter celle de la FFV.

9) Pourquoi les Glénans adoptent-ils maintenant la carte de progression FFV ?

Cette décision s’inscrit dans une volonté des Glénans et de la FFV de mutualiser leurs efforts. L’objectif est d’uniformiser les méthodes de formation des stagiaires et des moniteurs ; permettre à tout moniteur de travailler aux mêmes objectifs de formation, quelque soit la structure, mais aussi améliorer globalement, en France, la compétence des pratiquants et des moniteurs.

10) Comment utiliser la carte de progression ?

  • La carte de progression est nominative. Veillez à ce que chaque stagiaire complète les champs « Nom » et « Prénom » du dernier volet
  • Pour chaque niveau, vous trouverez 3 thèmes : « Technique », « Sécurité », « Sens marin – Environnement »
  • Chaque thème comporte plusieurs items (exemple : « Rester attentif aux conseils de sécurité »). Ces items sont illustrés par des pictogrammes représentant les quatre types de supports (dériveurs, planche à voile, catamaran de sport, habitable)
  • Dès que vous constatez l’acquisition d’une compétence décrite par l’un des items, entourez au stylo le pictogramme correspondant au type de support utilisé. Vous remarquerez que la même carte de progression peut-être utilisée par un stagiaire alternant les filières de formation.

11) Les items de la carte de progression ne semblent pas correspondre au programme de stage que je vais encadrer. Comment faire ?

Il faut bien différencier les programmes des stages associés à leur dénomination (1 voile, 2 voiles, 3 voiles, etc.) avec les niveaux de la carte de progression. Vous le savez, il ne suffit pas de faire un stage 3 voiles pour être certifié au niveau 3.
De la même façon, ne cherchez pas à faire correspondre le programme du stage que vous encadrez avec la validation des items ou la certification du niveau. Par exemple, lors d’un stage « 2 voiles », n’hésitez pas à entourer des items correspondant au niveau 1 ou 2, voire même, certains items du niveau 3.

12) L’un des stagiaires possède une carte de progression, certains items sont entourés. Qui peut valider les compétences ?

La carte de progression est un outil à partager entre le moniteur et le stagiaire. Proposez-lui lors du bilan de valider les compétences que vous avez observées. Il peut aussi, s’il le souhaite, le faire lui-même. Son auto-évaluation sera de toute façon vérifiée lors de la certification du niveau concerné, l’essentiel étant qu’il soit conscient de sa progression et qu’il comprenne les objectifs que vous lui indiquerez.

13) Quelles sont les différences entre évaluer, valider, certifier ?

  • On évalue les compétences du stagiaire (pour mémo, on évalue pas le stagiaire !)
  • On valide des items de la carte de progression
  • On certifie un niveau

Ce qui donne :

  • « J’ai évalué tes compétences, je peux donc valider quelques items sur ta carte de progression »
  • « Sur ce niveau, il ne te manque que quelques items à valider et il me semble avoir observé ces compétences. Veux-tu que j’organise une évaluation en vue d’une certification ? »

14) Dans le thème « Sens marin – Environnement », il est possible de valider : « Connaître les espèces naturelles les plus courantes rencontrées sur le plan d’eau ». Je n’ai pas cette connaissance, je ne peux donc l’enseigner, comment faire ?

Le service Formation et le Conseil des moniteurs entreprennent actuellement de combler ces lacunes et vous proposeront prochainement topos et formations adaptés. Actuellement, la certification n’est pas exclue en l’absence de ces compétences. Dans l’immédiat, travailler ce thème en auto-formation et si l’un des stagiaires est un spécialiste, proposez-lui d’intervenir.

15) La liste des compétences de la carte de progression me laisse dubitatif ; certains points sont peu ou pas abordés ; pourtant, ils me semblent indispensables. Dois-je vraiment valider sur cette unique base ?

Lors de l’adoption de la carte de progression FFV par les Glénans, la priorité a été donnée à un alignement rapide de la certification avec les autres structures afin de mettre en œuvre ce dispositif à grande échelle.
Le service Formation et le Conseil des moniteurs ont déjà noté que pour certains supports, les items sont présentés de façon trop globale. Parfois, certains thèmes semblent absents.
Un travail dans ce sens est en cours. Pour l’heure, considérez que les compétences présentées doivent absolument être satisfaites mais n’hésitez pas à ajouter dans votre démarche pédagogique les sujets qui vous paraissent indispensables.
Rien n’est immuable, ni pour les Glénans, ni pour la FFV mais il convient de capitaliser de l’expérience sur ce dispositif avant de proposer des évolutions. N’hésitez pas à nous contacter pour faire remonter vos expériences et vos remarques.

16) Je ne vois pas de cohérence avec la grille d’auto-évaluation que nous distribuons aux stagiaires. Quelle est la référence ? Comment utiliser les deux ?

Les grilles d’auto-évaluation sont extrêmement précises et sont antérieures à l’adoption de la carte de certification. Pour autant, nous vous conseillons d’utiliser les deux systèmes. Une adaptation des grilles de formation est envisagée et chaque item de la carte de progression se verra ainsi détaillée par plusieurs compétences de la nouvelle grille.
Dans l’immédiat, considérez que les grilles d’auto-évaluation détaillent les éléments de programme de votre stage mais établissez clairement la différence entre « Programme de stage » (1 voile, 2 voiles, 3 voiles, etc). et « Niveau de certification » (niveau 1, niveau 2, niveau 3, etc.)

Certification des niveaux et expériences

17) A quoi sert ce livret ?

Il permet d’enregistrer le parcours de formation et les expériences du pratiquant en école de voile, en club, lors de navigations privées ou de régates. Les certifications effectuées par les moniteurs ou formateurs y sont enregistrées.

18) Comment remplir le livret de certification des niveaux et expériences ?

  • Le livret est nominatif. Veillez à ce que chaque stagiaire ait bien complété les indications le concernant au dos de la couverture. Demandez-lui d’y ajouter son n° de membre Glénans sous les cases réservées au numéro de licence FFV
  • Lors d’un stage à terre, ajoutez sur l’une des demies-pages (pages 2 à 7) les informations concernant le stage. Prenez soin de compléter toutes les informations et notamment « Durée de navigation en heures », le cumul de ces heures étant un prérequis indispensable pour accéder aux niveaux 4 et 5
  • Cochez le pictogramme du support utilisé
  • En face de « Partie à remplir par le moniteur », indiquer lisiblement vos prénom et nom
  • Ajoutez juste au dessous votre n° de licence FFV si vous êtes à jour de votre licence et dans le cas contraire votre n° d’adhérent Glénans
  • Faites apposer le cachet Glénans par un responsable de la base

Lors d’un stage embarqué, procédez d’une façon identique en utilisant les pages 8 à 14

19) Un stagiaire me demande une certification de son niveau. Comment dois-je faire ?

Les Glénans vous fourniront prochainement des grilles de certification et une information spécifique. Actuellement, ces grilles n’existent que pour le niveau 5.

Dans l’immédiat, pour mettre en place une certification :

  • Appuyez-vous sur votre expérience et vos compétences et imprégnez-vous des thèmes et items de la carte de progression
  • N’hésitez pas à consulter le RFB (référent de formation de la base) pour lui demander conseil ou un moniteur ayant l’habilitation « Formateur régional » ou « Formateur national » ; plus de 100 moniteurs ont cette qualification aux Glénans
  • Observez les compétences des stagiaires et notez sur vos tablettes, pour chacun d’eux, ce qui d’emblée semble acquis et facile à valider
  • Pour les compétences que vous considérez plus sensibles, organisez selon vos critères une séance d’évaluation formelle en prenant soin de la préparer afin que la mise en œuvre soit rapide et que chaque stagiaire y passe un temps très limité. Vous avez sans doute en tête vos propres évaluations du niveau 5 ou de l’A2C. Reproduisez ce modèle en l’adaptant au niveau et aux compétences à valider. A titre d’exemple, une certification du niveau 1 ne doit pas durer plus de 20 minutes par stagiaire

20) Ai-je le droit de signer une certification ?

Si vous avez (après retour de la FFV) obtenu le « Certificat de Qualification Professionnelle d’Assistant Moniteur de Voile » (CQP AMV) ou le Monitorat Fédéral Voile (MFV) et que vous avez obtenu la certification du niveau 5 ou l’A2C pour le support concerné, vous pouvez certifier les niveaux 1, 2 et 3 uniquement.
Pour certifier les niveaux 4 et 5, vous devez être titulaire d’une habilitation de la FFV de « Formateur régional » ou « Formateur national ».

21) Avec quel niveau de détails dois-je compléter chaque fois la partie « Expériences » ?

  • Remplissez tous les champs
  • Cochez la case « École de voile »
  • Lors d’un stage embarqué, comptabilisez chaque jour les miles parcourus sur la route fond en fin de page et faites l’addition en fin de stage. Faites de même pour les heures de navigation
  • Synthétisez la liste de vos escales (n’indiquez pas celles qui n’influent pas notablement sur la distance parcourue)

22) Que dois-je indiquer dans le champ « Observations » ?

Il est important d’annoter des informations utiles. Vous éviterez donc « Bon équipier, très bonne tartiflette ». Indiquez essentiellement ce qui peut-être utile au moniteur qui encadrera son prochain stage. À titre d’exemples :

  • Travailler les repères au vent
  • Développer une attention soutenue aux réglages
  • Sécuriser ses déplacements
  • Anticiper les trajectoires
  • S’impliquer d’avantage dans les tâches collectives
  • Partager plus efficacement l’observation du plan d’eau et le travail sur la carte
  • etc.

23) Le stagiaire peut-il compléter lui-même ses expériences de croisières ?

La FFV reconnaît les expériences résultant de navigation en famille ou avec des amis. Chacun peut demander au chef de bord de faire noter cette expérience dans son livret. Il peut le faire lui-même dans le cas où il est le chef de bord. Dans ces cas de figure, il doit conserver les justificatifs (copie du livre de bord, acquittement des frais de ports, formalités de douane, etc.).
Lorsque le pratiquant utilise son carnet lors d’une expérience « hors école de voile », le nombre de miles parcourus s’exprime en route directe entre deux escales.
Seul un Formateur régional ou national habilité par la FFV pourra, en regard des justificatifs présentés, certifier le temps de pratique cumulé lors des navigations « hors école de voile ».

24) Pour l’accès au niveau 4, il est indiqué que le stagiaire doit pouvoir justifier de 120 heures d’expériences. Est-ce réellement applicable ?

En effet, le pratiquant doit justifier de 120 heures d’expériences pour accéder au niveau 4 et de 240 heures pour accéder au niveau 5. Ces deux niveaux ne peuvent être envisagés sans ce pré-requis. Cependant, la faible utilisation actuelle du passeport voile ne permet pas d’être rigoureux sur ce point. Pour l’heure, vous devrez vous référer à la liste des stages réalisés par le pratiquant. Une semaine de stage aux Glénans équivaut approximativement à 35 heures d’expériences. On peut donc estimer qu’après 4 semaines de stage, le compte est bon pour le niveau 4.
D’ici quelques temps, lorsque l’usage du passeport voile sera généralisé, ce document fera foi.

25) Un stagiaire dispose déjà d’une certification ; pourtant il semble loin d’avoir le niveau. Est-ce normal ?

C’est une situation qui peut exister. Il est important de considérer que le moniteur qui a signé cette certification l’a fait en toute rigueur. Il est absolument impossible de revenir sur sa décision. Vous devez de votre coté en tirer les conclusions suivantes :

  • Ne certifier jamais de façon complaisante, même les premiers niveaux
  • Conservez soigneusement les éléments et notes de la certification
  • Apposez votre nom et votre signature de façon lisible avec votre n° de licence en cours de validité ou votre numéro d’adhérent Glénans

26) Tous les champs à remplir laissent peu d’espace, comment demeurer précis ?

Il n’y a pas d’autre solution que de s’appliquer à écrire petit, de façon lisible et de synthétiser les observations.

27) Lorsque qu’un stagiaire a toutes les compétences validées sur un niveau, puis-je signer la certification correspondante ?

La validation des items de la carte de progression est un processus d’évaluation ou d’auto-évaluation qui permet de faire prendre conscience au pratiquant de sa progression dans le cursus. La certification est plus formelle et requiert une évaluation de l’ensemble des compétences du niveau. Il vous sera nécessaire d’organiser cette certification.

28) J’encadre des stages 4 voiles mais je sais ne pas avoir l’habilitation pour certifier ce niveau. Comment faire pour certifier officiellement ce niveau ?

Effectivement, les moniteurs (CQP AMV ou MFV) ne peuvent certifier que les niveaux 1 à 3. Pour certifier un niveau 4, vous devrez vous rapprocher du RFB (référent de formation de la base) ou d’un formateur habilité par la FFV. Il pourra vous guider dans la démarche et éventuellement, vous déléguer l’observation des compétences selon une méthode à définir entre vous. Lui seul pourra s’engager par sa signature sur la certification du stagiaire.

29) J’aime enseigner la voile, je n’aime pas évaluer les compétences des pratiquants. Suis-je obligé d’évaluer, de certifier et donc éventuellement de sanctionner ?

Le rôle d’un moniteur de voile est de « sécuriser, animer et enseigner ». Aujourd’hui, chaque moniteur n’obtient son diplôme qu’en ayant acquis entre autres , la validation de son UCC6 qui est : « Évaluer le niveau d’autonomie des pratiquants ». Cette compétence est donc indissociable des fonctions du moniteur de voile.

30) Remplir ces carnets demande du temps, dois-je vraiment remplir tout cela ?

Pour épargner votre temps, lors du bilan collectif, reproduisez au tableau la demie-page du livret de certification et demandez à chacun de remplir lui-même soigneusement tout ce qui est commun à tous les stagiaires. Il vous restera ensuite, sur chaque livret, à :

  • Indiquer les axes de travail pour les prochains stages
  • Apposer votre signature
  • Faire apposer le tampon « Glénans » par l’un des responsables de la base

31) A quel moment dois-je demander si les stagiaires ont un passeport ?

Idéalement, il est intéressant de consulter les passeports dès le début du stage au moment de définir les attentes collectives et individuelles ; vous prendrez ainsi connaissance des cursus des stagiaires. Prévoyez désormais cette démarche dans le déroulement de votre stage.

32) Un stagiaire ayant suivi deux stages « 3 voiles » me demande une certification du niveau 3. Il ne semble pas avoir le niveau. Que dois-je lui expliquer ?

Chaque pratiquant évolue à son rythme. Il faut parfois faire de nombreuses semaines de stage « 3 voiles » pour être en mesure d’être certifié au niveau 3. Ne pas obtenir une certification n’est pas une échec ; les compétences sont en cours d’acquisition, la certification est une étape ultime que ce stagiaire n’est peut-être pas encore en mesure d’obtenir.

33) Je comptais évaluer et certifier le niveau 3 de quelques stagiaires cette semaine mais je n’ai pas bénéficié des conditions météo me permettant de constater les compétences en sous-puissance ou sur-puissance. Puis-je délivrer une certification ?

Il est impossible d’imaginer et donc de formaliser les comportements des stagiaires avec les conditions de vent requises. Vous ne pouvez pas valider d’item ou certifier un niveau sans avoir observé objectivement les compétences. Ils pourront sans doute demander une validation, voire une certification lors d’un prochain stage.

34) Faut-il obtenir la certification d’un niveau pour envisager le suivant ?

Absolument pas ! Chaque niveau est indépendant ; cependant les certifications successives permettent aux pratiquants de mieux baliser leur parcours et de ne pas être handicapés par des lacunes récurrentes.

Note : ce document est susceptible d’évoluer à l’occasion de nouvelles questions. Contactez-nous,
posez d’autres questions et veillez aux mises à jour.

Lorsque vous êtes identifié sur le site, vous pouvez télécharger ces informations au format PDF ici :

[wpfilebase tag=file path=’ens/ens-tous_sup/ens-tous_sup-tous_N/FAQ-passeport_voile(a).pdf’ /]

Commentaires fermés