Retour d’expérience

Participez à la définition d'un nouveau stage "Écosystèmes marins" !

Sterne arctique , photo de Christian Bickel

Sterne arctique , photo de Christian Bickel

Développer les compétences liées à la composante «École de mer» est l’une des ambitions de la Commission formation du Conseil des moniteurs.

Naviguer à la voile ne serait pas, dans ce cadre, une finalité mais un moyen pour évoluer dans le milieu naturel, l’observer et le comprendre. Le moniteur, en plus de sa casquette habituelle de chef de bord, porterait celle de «guide nature».

Outre le renforcement de cette composante forte du projet Glénans, il convient de rappeler que la carte de progression FFV intègre «Le sens marin et environnement» comme un ensemble de compétences indispensables pour chacun des niveaux d’autonomie.

Dès lors, construisons ensemble les stages « Découverte des écosystèmes marin. »…

Anse du Fazzio

Anse du Fazzio

Des merveilles et des mystères devant nos étraves

Nous connaissons la beauté de nos côtes et des sites naturels sur lesquels sont implantées nos bases. La force des grands espaces, la mer, un des rares endroits où l’expression «nature sauvage» a encore un sens ! Mais que savons-nous de ce milieu dans lequel nous naviguons ?

Même si nos 119 000 journées de mer par an nous amènent à apercevoir une grande variété d’oiseaux marins, que savons-nous de leur mode de vie, de leurs habitudes alimentaires, de leurs conditions de reproduction, de leurs voyages et de leurs «méthodes de navigation» lors de leurs migrations ?

De l’origine des roches…

Tous ceux qui ont un jour mouillé derrière la pointe de Minard ou au Fazzio ont été marqués par les falaises majestueuses. D’où viennent ses verticalités rocheuses ? Qui connait les histoires qu’elles racontent : une Bretagne montagneuse où la chaine hercynienne était aussi haute que l’Everest actuel, où des falaises de craie blanche fabriquées par un océan plus chaud que le nôtre, au Crétacé, par la pullulation de foraminifères planctoniques ?

Phytoplancton : Odontella mobiliensis  Photo de Sébastien Hallot

Phytoplancton : Odontella mobiliensis
Photo de Sébastien Hallot

… à l’origine de la vie

Pourquoi la vie est-elle apparue d’abord dans l’océan ? Qui a déjà observé le ballet des êtres minuscules qui peuplent nos eaux ? Le phytoplancton qui fait la mer verte et le zooplancton qui dévore le précédent et sert de garde-manger au reste de la chaine alimentaire ? Sans eux, pas de maquereaux, ni dauphins, ni pêcheurs, ni chalutiers.

Et l’eau qui porte la coque, est-elle de bonne qualité ? Qu’est-ce qu’une pollution ? Pourquoi les huitres meurent-elles en masse ? Et quelles algues et habitants des rochers pouvons-nous rencontrer le temps d’une promenade sur l’estran à marée basse ?

Une évolution indispensable de notre enseignement

L’apprentissage des techniques de conduite et de navigation requiert l’attention du moniteur et des

stagiaires ; difficile donc de rajouter ce contenu lors d’une semaine de formation. De plus, un tel enseignement requiert des compétences spécifiques, et force est de constater que le moniteur d’aujourd’hui ne saurait spontanément répondre à tous ces questionnements.

Acquérir de nouvelles compétences

Faune et flore de l'estran

Faune et flore de l’estran

Souvenons-nous, Les Glénans des premiers jours ne savaient nullement naviguer. Audacieux, ils ont en quelques décennies acquis les savoirs-faire ; il en résulte une longue tradition d’apprentissage et d’internalisation de compétences pointues. Aussi, il nous apparait désormais indispensable de former nos moniteurs à la découverte des écosystèmes marins et de leur permettre d’animer ce type de stage.  Ce virage, déjà pris par la Fédération Française d’Études et de Sports sous-marins voici quelques décennies, peut nous inspirer. En effet, en plus des qualifications de moniteurs de plongée, cette fédération a développé 3 niveaux de certification en biologie marine pour des moniteurs qui ne sont nullement biologistes, mais qui ainsi, peuvent animer ces stages à thème.

Apprendre des spécialistes

Enfin, bon nombre de partenaires sont susceptibles de s’associer à notre démarche et de nous assister dans cette démarche. Des contacts sont en cours avec Océanopolis, Tara Expéditions et quelques  chercheurs de l’Ifremer ; d’autres structures devraient également participer à cette démarche !

L’organisation du projet

Un groupe de travail va être constitué par la Commission formation. Nous comptons sur vous, bénévoles, sensibles à ce projet (et qui plus, si vous travaillez dans ce domaine !) pour prendre part à cette aventure.

Un travail collectif

Dans un premier temps, il s’agit de démontrer que ce concept, aussi séduisant qu’il soit, est à la fois réaliste et attractif pour nos stagiaires. Nous devons réaliser un travail important d’organisation et d’auto-formation : rencontrer des chercheurs, bâtir un programme, rédiger de la documentation, organiser des stages expérimentaux.

Il vous reste à nous contacter ! Un animateur de ce projet, membre du Conseil des moniteurs, vous expliquera dans le détail de quelle façon vous pourrez vous impliquer ; il vous guidera pour faire aboutir ce projet.

Commentaires fermés